Classissima Ma musique classique

 

ACTUALITE

4 Juin   -   Les blogs Qobuz

ManiFeste 2012 – Les chefs-d’œuvre de Ligeti – Une création de Philippe Manoury – Trente ans de photos – Des regrets ?

Il y avait Agora qui réunissait à Paris, chaque année, les mélomanes tentés par l’aventure de la création contemporaine ; il y avait Acanthes, académie internationale annuelle qui rassemblait en juillet (depuis 1977, successivement à Aix-en Provence, Avignon puis à Metz) des jeunes professionnels autour des compositeurs majeurs de notre temps. Il y aura désormais ManiFeste, festival-académie de l’Ircam, dont un magnifique concert donné par l’Orchestre de Paris, salle Pleyel, vient de saluer la naissance. Mahler enchaîné Magnifique, en effet, avec deux œuvres historiques de György Ligeti : Atmosphères de 1961 et Lontano de 1967 qui, avec le recul du temps, donnent la mesure de l’inventivité de ce musicien (décédé il y a six ans), lequel fut jadis le compositeur-invité d’Acanthes. C’était en 1979. Sur la pression des événements politiques, il avait quitté la Hongrie et, après un passage à Vienne, il s’était installé à Hambourg où il enseignait la composition. Sa notoriété était encore modeste et, malgré sa présence dans les concerts parisiens du Domaine Musical et au Festival de Donaueschingen, il n’était pas encore, tels Pierre Boulez, Karlheinz Stockhausen ou Luigi Nono, l’une des têtes d’affiche de l’avant-garde. Mais cet homme de grande culture, d’une totale indépendance par rapport aux modes de l’époque, avait entrepris l’élaboration d’une œuvre majeure (Aventures et Nouvelles aventures, le Requiem, le Deuxième Quatuor, Le Grand Macabre, la série des Etudes pour piano, des chefs-d’œuvre !). Heureux parrainage pour ce ManiFeste 2012, et belle liaison avec l’Adagio de la 10ème Symphonie de Mahler qu’Ingo Metzmacher, le chef d’orchestre de la soirée, eut l’idée curieuse, excellente en fin de compte, d’enchaîner avec les dernières mesures murmurées de Lontano. Quant à la création de la soirée, elle avait été remise entre les mains très expertes de Philippe Manoury, pour lequel la technologie de l’Ircam n’a plus de secret… Ce jeune (si j’ose dire) sexagénaire (passage de dizaine dans deux semaines) s’est donc livré à une étourdissante partie de cache-cache entre le son instrumental direct et sa perpétuelle transformation en temps réel avec son Concerto pour piano, baptisé Echo-Daimón, partition incandescente donnée en création mondiale. Ecriture pianistique acrobatique, étincelante, formidablement maîtrisée par Jean-Frédéric Neuburger, par ailleurs bel interprète de Beethoven, Chopin et Debussy… Les liaisons dangereuses Vingt-deux événements avec confrontations interdisciplinaires dans la catégorie festival, une vingtaine de manifestations sous la rubrique Académie vont suivre, où l’on guettera avec curiosité les liaisons dangereuses ou bénéfiques entre musique, théâtre et danse. Rêve séculaire auquel un certain Richard Wagner apporta sa petite pierre… On me pose la question : quelle relation (esthétique, structurelle) entre ManiFeste et le Centre Acanthes que j’ai créé et dirigé pendant trente-cinq ans ? Je réponds qu’au-delà des contraintes économiques incontournables auxquelles je me suis heurté et qui n’ont apparemment pas troublé la puissance publique, une nouvelle manifestation surgit, dont le directeur de l’Ircam doit, sans doute, assumer l’héritage, tout en le renouvelant. Pour saisir la signification d’Acanthes, nous avons attendu une petite décennie ; d’ici quelques années, ManiFeste, qui bénéficie de la puissance de frappe de l’Ircam, nous dévoilera sa nouvelle vérité. L’album du souvenir J’ouvre, sans nostalgie excessive, et même avec un certain plaisir, les épaisses archives qui, demain, aideront peut-être les chercheurs à saisir le paysage musical des quarante dernières années pendant lesquelles de si grands changements sociologiques, géographiques, technologiques sont intervenus. Or, le leçon d’Acanthes où des centaines de jeunes musiciens ont croisé des personnalités majeures de notre modernité, les ont questionnées, suivies ou contestées, restera, quoi qu’il arrive, un point de repère essentiel. Hors nos souvenirs personnels, de fortes traces demeurent : des dizaines d’heures de cours enregistrés où, sur le portail de la musique contemporaine (voir ce site), on peut retrouver dès maintenant les leçons d’un Messiaen, d’un Xenakis, d’un Luigi Nono, d’un Grisey… Et des milliers de clichés dont j’extraie aujourd’hui quelques exemples – pris sur le vif, bien naturellement… 1978, Conservatoire Darius Milhaud d’Aix-en-Provence. Sylvio Gualda dirige l’ensemble de percussions d’Acanthes dans une œuvre de Xenakis (ici, de dos) György Ligeti : compositeur invité du Centre Acanthes à Aix-en-Provence en 1979 – Ph. Claude Samuel Acanthes 1987, Chartreuse de Villeuve-lez-Avignon : Olivier Messiaen enseigne pour la dernière fois et commente les règles de la métrique grecque . Et l’année suivante, c’est Pierre Boulez qui prêche l’exemple avec une série mémorable de cours de direction d’orchestre (Ph. Guy Vivien) Un parfum d’Orient avec Toru Takemitsu en 1990, toujours à la Chartreuse (Ph. Claude Samuel) Arsenal de Metz, en juillet 2006 – Quatre compositeurs au Centre Acanthes : Gérard Pesson, Toshio Hosokawa, Wolfgang Rihm, Olga Neuwirth Des regrets ? Oui, de Bartok à Schoenberg, de Stravinsky à Varèse, que d’occasions manquées… Pour ne rien dire d’un Centre Acanthes Debussy ! Retrouvez la chronique de Claude Samuel dans la revue Diapason de juin : « Ce jour-là, 14 novembre 1967» Aucun commentaire


Lire cet article dans son intégralité sur Les blogs Qobuz...

Aujourd'hui   -  Thomas Donati

Hier   -  L’Exposition Rameau – Merci William Christie ! – Cet animal de Gluck – Bach, le contemporain – La musicologie française

12 Décembre   -  Saint Ambroise et la Scala de Milan – Fidélio, opéra « engagé » – Deborah Warner – La Léonore d’Anja Kampe – Daniel Barenboïm – Les 90 printemps de Klaus Huber

11 Décembre   -  ut pictura musica… Continuo… XIV.XII.XIV

11 Décembre   -  La Clemenza di Tito au Théâtre des Champs-Elysées

10 Décembre   -  Gérard Brémond

5 Décembre   -  ut pictura musica… Continuo… VII.XII.XIV

5 Décembre   -  L’anniversaire – Béjart à La Monnaie – Armstrong, Fitzgerald, le MJQ – Boris Vian et Ray Charles – Martial Solal et son Concours – Martha Argerich – Les politiques

2 Décembre   -  Vincent Josse

1 Décembre   -  Patricia Petibon et compagnie à la Salle Pleyel

>>